E-mode de vie
A la Une

La bienfaisance envers les personnes âgées

Le plus grand fondement de l’Islâm est AL-Ihsân qui signifie : la bienfaisance. C’est aussi le but auquel doivent aspirer tout musulman et toute musulmane : être bienfaisant. Il y a deux sortes de bienfaisance :
1-La bienfaisance envers Allah en L’unifiant, en accomplissant Ses prescriptions, en s’éloignant de Ses interdits, et veiller à accomplir tout cela de la meilleure des manières.
Elle se résume dans la parole du Prophète [ﷺ] qui dit : « Al-Ihsân (la bienfaisance) est que tu adores Allah comme si tu le voyais. Or, si tu ne la vois pas, Lui te voit. »
2-La bienfaisance envers les créatures d’Allah, humaines, animales ou autres en leur apportant ce qui leur est utile et en éloignant d’eux toute chose préjudiciable.
Les personnes qui méritent le plus notre bienfaisance sont bien sûr celles qui ont le plus de droits sur nous comme nos parents, notre famille, etc. Mais aussi celles qui en ont le plus besoin comme les pauvres et les faibles.
Cette histoire raconte un geste de bienfaisance qui a ouvert un cœur à l’Islâm et généra ainsi une succession de bienfaisance pour tous.
Lors de sa visite dans un pays lointain, un bienfaisant raconta :
« Lorsque j’étais assis dans une gare attendant le train, je vis une femme âgée, avoisinant les soixante-dix ans, essayer dans manger une pomme, la mordant difficilement avec ce qui lui restait comme dents.
Je me suis assis à côté d’elle, lui est demandé de me donner la pomme et je la lui ai coupé en petits morceaux afin qu’elle puisse la manger plus facilement.
Elle se mit alors à pleurer.

Je lui ai demandé :
-Pourquoi pleurez-vous ?
Elle me répondit :
-Depuis dix années personne ne m’a parlé et mes enfants ne me rendent jamais visite. Pourquoi as-tu fait cela ?
Je lui ai répondu :
-Ma religion m’a prescrit de faire cela et aussi d’obéir à mes parents et d’être bienfaisant envers eux. Dans mon pays, ma mère vit avec moi dans ma maison et elle a presque votre âge. Elle vit comme une reine ; nous ne sortons qu’avec sa permission, nous ne mangeons jamais avant qu’elle ne mange et nous sommes à son service, moi et mes enfants. C’est notre religion qui nous ordonne cela.
Elle me demanda :
-Quelle est ta religion ?
-L’Islâm. Lui répondis-je.
Cette femme, malgré son âge avancé se convertit à l’Islâm.
Ce petit geste venant de ce bienfaisant ouvrit le cœur de cette femme, la fit entrer dans la miséricorde d’Allah et fit mériter à celui qui en fut la cause une grande récompense auprès de son Seigneur.
Ceci est aussi une de bénédiction de Birr Al-walidayn (la bienfaisance envers les parents). Car, si cet homme n’était pas habitué à être bienfaisant avec ses parents et être miséricordieux envers les vielles et faibles personnes, son cœur n’aurait pas bougé à l’image triste de cette vieille femme.
Mes frères et mes sœurs ! L’école de Birr al-walidayn est une grande école et son diplôme est des plus précieux. C’est une école qui donne naissance à des hommes et à des femmes miséricordieux, sensibles, au cœur tendre et à la larme facile.
Que celui donc qui a encore la chance de vivre avec ses parents ou avec l’un d’eux fasse son possible pour mériter les honneurs de cette école. Car s’il en sort avec succès, il aura gagné les bienfaits et les honneurs de cette vie d’ici-bas et de la dernière vie.
Qu’Allah nous accorde l’honneur de servir nos parents et d’être bienfaisants envers eux. Il est Généreux et Miséricordieux.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :