E-RAPPEL
A la Une

Règles concernant le malade et l’inapte au jeûne

Question n°24 : Est-ce que la maladie permet de toujours rompre le jeûne ou est-ce qu’il y a des spécificités dans ce domaine ? Et quels sont les règles concernant le malade qui rompt son jeûne ?

Réponse : Il est important de savoir que le malade se divise en trois catégories :

La première : Un malade atteint d’une maladie bénigne qui ne lui rend pas le jeune difficile. Celui-là doit obligatoirement accomplir le jeune et ne peut le délaisser.

La deuxième : Un malade pour qui le jeune devient difficilement supportable mais qui est atteint d’une maladie temporaire. Celui-là ne jeune pas mais doit rattraper les jours de jeune qu’il a manque après la fin du Ramadan (a n’importe quel moment de l’année mais avant le début du Ramadan suivant).

La troisième : Le malade dont on n’espère pas la guérison, par exemple les personnes atteintes de maladies chroniques qui tardent a guérir comme l’épilepsie, le diabète ou encore les anomalies aux reins. Pour être sur de cela il faut qu’un médecin digne de confiance dans son domaine lui affirme que le jeune nuit a sa sante et entraine des effets secondaires dangereux qui lui nuiront. Cette personne la ne jeune pas et doit nourrir un pauvre pour chaque jour de jeune qu’elle délaisse, pour chaque pauvre elle donne un Sâc 01 de la nourriture des gens du pays.

L’expiation ne doit pas être donnée sous forme d’argent mais en nourriture, sauf s’il donne cet argent a une institution et les charge d’acheter de la nourriture avec et de la distribuer aux pauvres, dans ce cas il n’y a pas de mal car la procuration est permise.


01 NDT: quantité égale a quatre Mudd, et un Mudd est égal a la quantité contenue dans deux mains jointes pleines.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :