Actualite
A la Une

Rire et sourire sont de rigueur dans l’Islam

Le Prophète [ﷺ] était toujours souriant et aimait rire et faire rire. Il dit une fois à une vielle femme que les vieilles personnes n’entraient pas au Paradis. Lorsqu’elle s’en alla en pleurant, il la rappela et lui dit en riant que les hommes et les femmes entreront au Paradis rajeunis par Allah.

Allah, soubhânah, aussi rit. Lorsqu’un nomade demanda au Prophète [ﷺ] si Allah riait, il lui répondit : « oui ».

Le nomade dit alors que nous n’allons trouver auprès d’un Seigneur qui rit que de bonnes choses. C’est à dire qu’Il nous rétribuera avec beaucoup d’indulgence.

Remplissons nos maisons, nos heures et nos rencontres de sourires et de rires. Car, lorsque le cœur est réellement serein et heureux, la bouche, les yeux et tout le visage suivent et partagent sa joie.

Ceci dit :

Deux amis se rencontrèrent un jour dans un café.

Après avoir échangé les salutations, ils firent la même remarque l’un à l’autre.

-Qu’est-ce qui te chagrine mon ami, tu as vraiment l’air abattu ? Dis le premier au deuxième.

-C’est vrai que je ne suis pas vraiment dans mon assiette ce soir, mais dis-moi toi d’abord qu’est-ce qui te rend si soucieux. Lui répondit-il.

-Tu sais que j’ai déjà deux filles, que j’aime beaucoup, et je viens d’avoir une troisième fille. Or, je voulais de tout mon cœur avoir un garçon. C’est pour cela que je suis un peu attristé.

-Rien que cela ! s’exclama son ami. Si j’étais à ta place, je serais le plus heureux des pères. Tu sais pourquoi ?

-Non. Répondit-il, étonné.

-Parce que les filles ouvrent les portes, contrairement aux garçons !

Je vais te raconter pourquoi je suis si abattu et tu comprendras tout.

Je viens de me marier avec la plus belle et la plus gentille des femmes. Tout allait comme du miel, jusqu’à cet après-midi.

Depuis notre mariage, nos parents et nos amis, bien intentionnés d’ailleurs, n’arrêtaient pas de nous rendre visite. Or, rien n’est plus précieux pour les nouveaux mariés que l’intimité.

Ce matin, on s’est mis d’accord, moi et ma femme, pour ne plus ouvrir la porte à quiconque. Nous voulions juste passer toute une journée tranquille afin de profiter un peu de notre lune de miel…

Tout allait bien jusqu’à midi où l’on sonna à la porte.

Je me suis dirigé vers la porte sans faire de bruit et qui vois-je par la lentille ? Mes parents !

Papa et maman qui venaient probablement pour déjeuner avec nous.

Chose promise, chose due, je n’ouvris pas la porte et me contentai de dire à ma femme qu’ils reviendront demain, inchâAllah.

Elle esquissa un geste approbateur de la tête.

Quelques heures plus tard, on sonna à nouveau à la porte.

Qui vois-je par le judas de la porte ? Les parents de ma femme, venus probablement pour prendre le goûter avec nous !

Je rejoignis ma femme et lui dis insoucieux :

-Ce sont tes parents maintenant qui frappent à la porte.

Tu ne vois pas qu’elle saute du lit et court vers la porte pour leur ouvrir en criant : Papa, maman, j’arrive !

Je la rattrapai pour lui rappeler sa promesse, mais rien n’y fut.

-Impossible de laisser papa et maman sur le seuil de la porte sans leur ouvrir !

Lorsqu’ils furent installés dans le salon et que le goûter fut servi, je me dérobai arguant le premier prétexte qui me vint à l’esprit.

À ta place, je serais heureux, non pas d’avoir trois filles, mais d’en avoir six.

Crois-moi, mon ami, ce sont les filles qui ouvrent les portes aux parents !

Amicalement : Mouhamed Bachir CISSE.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :